L’énigme Jean-Patrick Courtois

Dans un Sénat truffé de spécialistes des collectivités, de représentants des associations d’élus, le choix de Jean-Patrick Courtois comme rapporteur des projets de loi réformant les collectivités ne laisse pas de surprendre. Jusqu’au discours de Toulon de Nicolas Sarkozy, le 25 septembre 2008, le maire (UMP) de Mâcon ne figurait pas parmi les familiers du landerneau local. Son ascension doit sans doute beaucoup à l’exécutif… soit.

Le hic n’est pas tellement là. Il provient surtout du fait que l’intéressé s’attache, depuis des semaines, à en dire le moins possible. Pour preuve, cette conférence de presse consacrée au texte sur la réforme des collectivités, mardi 12 janvier, au cours de laquelle il a laissé le président de la commission des lois, Jean-Jacques Hyest, occuper tout l’espace ou presque.

Déjà, l’an passé, le coresponsable du groupe de travail interne au parti majoritaire s’effaçait derrière son homologue à l’Assemblée, Dominique Perben. L’ancien attaché principal de préfecture veut, aujourd’hui, être jugé sur ses écrits. Mais il pourrait être beaucoup plus bavard en séance, lors de l’examen du projet de loi-cadre à partir du 19 janvier…

Jean-Baptiste Forray

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Chronique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s