Rapport du Mnel : les interrogations des élus de la majorité

Le Mouvement national des élus locaux (Mnel) rend public le 19 janvier un rapport, réalisé par le cabinet Deloitte, sur les avis exprimés par des élus locaux concernant la réforme des collectivités à l’issu d’un tour de France débuté le 30 octobre dernier. Il fait état de quelques réserves de leur part.

Aujourd’hui dirigé par le Nouveau Centre André Santini, le Mnel rassemble, selon sa propre définition, « les élus attachés à une conception libérale de la société ». Son tour de France en dix étapes a permis de mettre en avant le fait que « dans son caractère global, la réforme rencontre un large consensus chez les élus ».

Mais les personnes rencontrées par le Mnel regrettent tout d’abord l’absence de dispositions relatives au statut de l’élu et au cumul des mandats dans les textes soumis au Parlement. « On n’est pas allé au bout de la démarche », estime Jean-Claude Torrens, maire de Saint-Nazaire (Pyrénées Orientales) cité par ce document. La création du conseiller territorial semble rendre cette question plus prégnante, en raison de la professionnalisation qu’elle induit. Le mode de scrutin choisi pour sa désignation « n’a pas suscité un enthousiasme considérable », ont noté Patrice Gélard et Daniel Fidelin, respectivement sénateur et député de Seine-Maritime.

Les élus relèvent aussi une « perte de souplesse » dans le système proposé pour la composition des conseils communautaires et font part de leurs « inquiétudes » quant la création des métropoles et des communes nouvelles. Le rapport précise aussi les doutes de certains sur la « pertinence » du dispositif proposé pour les pôles métropolitains.

Raphaël Richard

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Chronique

2 réponses à “Rapport du Mnel : les interrogations des élus de la majorité

  1. TESSON

    Bonjour,

    un simple commentaire sur l’intitulé de votre blog. Parler d’emblée de « mille feuilles » oriente le débat dans une direction, celle de réduire le nombre de collectivités territoriales.

    Un intitulé plus neutre et plus objectif me semblerait plus adapté.

    • Bonjour,
      s’agissant d’un blog, et bien que journalistes à la Gazette des communes, nous nous permettons ici d’écrire parfois au deuxième degré. Nous racontons suffisamment souvent, dans notre magazine, le rôle de chaque niveau de collectivités pour ne pas être suspects de jugements à l’emporte pièce sur les niveaux décentralisés. En l’occurrence, la reprise du mot « millefeuille », utilisé par le gouvernement, comme critique d’un soit disant trop pleins de niveaux de collectivités est tout à fait volontaire, et tout à fait à prendre au second degré. Il est d’ailleurs assez cocasse qu’à cet instant de la discussion, la simplification du millefeuille voulue par le gouvernement passe par la création de deux nouveaux niveaux de collectivités, les métropoles et les communes nouvelles, et n’en supprime aucun. Pas sûr en revanche que le projet de loi soit à prendre au second degré…
      Cordialement
      Romain Mazon
      Rédacteur en chef délégué web,
      La Gazette des communes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s