Les DG sortent du bois

La veille du scrutin régional ne les décourage pas. Bien au contraire… Les cadres fonctionnaires des collectivités multiplient ces derniers jours  les prises de position. La plus remarquée émane des directeurs généraux des services des régions.

Dans une tribune à paraître dans La Gazette du 8 mars, onze d’entre eux disent tout le mal que leur inspire l’architecture dessinée par le gouvernement. « La métropole lyonnaise construira et entretiendra ses collèges et ses lycées et gèrera les personnels d’entretien, qui viennent juste d’être transférés aux régions et aux départements depuis 3 ans ? Est cela la simplification ? » fustigent-ils.  Construction artificielle d’un couple département-région, absence de mesures pour mettre fin au millefeuille de l’Etat, saucissonnage erratique en une multitude de projets de loi… : leurs critiques ressemblent comme deux gouttes d’eau aux réquisitoires de leurs présidents.

Boîte à idées

Les « DG », Patrick Jouin de Pays-de-la-Loire et Philippe Gazagnes de Bourgogne en tête, se paient le luxe de s’interroger « sur le choix de lancer une réforme au moment où les citoyens vont élire leurs représentants régionaux ». Les « onze » ne manquent pas de souffle. « On peut même imaginer, comme pour l’état civil aux maires, que l’Etat confie aux départements ou aux régions des compétences régaliennes » avancent-ils.

Une évidence, peu connue du public, s’impose : les cadres de la territoriale font office de boîte à idées pour bien des élus. Les directeurs généraux des communautés de France réunis en association (ADGCF) s’inscrivent dans ce sillon. Tous jugent « désormais urgent de reconnaître le bassin de vie comme cellule de base de notre organisation institutionnelle, tout comme le 19e siècle a vu émerger la notion de commune ».

Pour achever cette mue, la sémantique est leur meilleure alliée. Plutôt que d’établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre, ils suggèrent de parler de « communauté territoriale ». L’appellation, inspirée par la maison-mère, l’Assemblée des communautés de France constituée d’élus, pourrait bien faire florès. Ne risque-t-elle pas d’engendrer, dans l’esprit commun, une confusion avec collectivité territoriale ? Sans doute, mais peut-être, est-ce le but de l’opération…

Jean-Baptiste Forray

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Chronique

2 réponses à “Les DG sortent du bois

  1. L’initiative est intéressante et met en évidence/interroge en creux la porosité politique des relations entre administration, cabinet et élus. Cette question mérite d’être creusée, précisément, tant elle « impacte » les carrières des uns et des autres.
    Par ailleurs, la vision présentée par ces DGS régionaux à l’encontre des métropoles méritent d’être discutée dans une plus juste perspective. Si les métropoles qui pourraient ressortir des réformes soulèvent effectivement plus de questions qu’elles n’en résolvent, il reste à travailler sérieusement et sereinement à l’invention d’une régulation métropolitaine adaptée aux enjeux territoriaux réels. En Ile-de-France comme ailleurs…/

  2. Rien de nouveau sous le soleil ! Les DG étant étroitement liés aux élus majoritaires des collectivités, il eut été surprenant que des prises de position originales émergent de cet article.
    Ces D.G. protègent également leur avenir et celui des écoles de cadres de la haute fonction publique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s