Des hémicycles à refaire…

Conséquence pas forcément anticipée par le gouvernement avec la création des conseillers territoriaux, les hôtels de régions vont sans doute devoir agrandir leurs hémicycles pour pouvoir accueillir les nouveaux élus. Alors même que certains ont des locaux tout neufs.

Bien que le nombre de ces conseillers ne soit pas encore connu, une augmentation d’en moyenne 40 % des élus devant siéger à la région est attendue. « Les hémicycles ont parfois été calibrés avec quelques places de plus, mais pas autant que nécessaires », signale André Laignel. Dans sa région Centre, il estime que le nombre de conseillers passera de 77 à quelque 110, « il faudra donc casser l’hémicycle et le refaire », ajoute-t-il. Pour ceux qui n’ont pas suffisamment de places, des nouveaux locaux pourraient être investis.

Un problème qui devrait concerner quasiment toutes les régions. « Les plus petites pourront peut-être s’en sortir, mais cela va être très difficile pour les plus grandes », juge François Langlois, délégué général de l’ARF. L’Alsace pourrait faire partie des chanceuses. Le bâtiment, refait il y a quelques années, abrite en effet un hémicycle qui permet d’accueillir à la fois les conseillers régionaux et généraux, et qui devrait donc être suffisamment grand.

Bureaux en plus

En Nord-Pas-de-Calais, la réforme semble aussi avoir été anticipée puisque l’hémicycle compte 226 places… pour 113 élus actuellement. Le bâtiment inauguré en 2008 n’aura en revanche pas forcément assez de bureaux pour accueillir tout le monde.

220 places sont prévues dans la salle des délibérations du futur bâtiment du conseil régional de Rhône-Alpes qui doit être livré à l’automne 2010. Avec 157 élus pour le moment, il faudra peut-être investir quelques places parmi les 300 prévues pour le public. Et là encore la question des bureaux se pose.

Si des nouveaux locaux doivent être loués, se seront des dépenses supplémentaires qu’engendreront le nouvel élu. « Quand on dit que le conseiller territorial va provoquer des économies, c’est une vue de l’esprit, indique François Langlois, tous les besoins de ces nouveaux élus vont provoquer des coûts bien supérieurs au système actuel. »

Certains présidents de région espèrent déjà une alternance en 2012 pour enterrer ce projet et éviter ainsi d’importants travaux !

Raphaël Richard

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Décryptage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s