Un oubli qui en dit long

Pas de question, pas de réponse… : lors de son entretien télévisé, le 12 juillet, sur France 2 avec David Pujadas, Nicolas Sarkozy s’est gardé d’aborder proprio motu la réforme territoriale. Un dessein pourtant élevé naguère au rang de « grand chantier » par le président de la République, mais taillé en pièces par le Sénat, les 6 et 7 juillet.

David Pujadas a-t-il voulu éviter là un sujet qui fâche ? L’hypothèse ne manque pas de chair si l’on s’en tient à son ton fort accommodant. La vérité se situe ailleurs. Les collectivités à la télé, c’est un peu comme l’Europe : les grandes rédactions nationales ont décidé qu’elles plombaient l’audience. La chose est entendue : l’intercommunalité et l’autonomie financière des départements n’y ont pas droit de cité.  Pédagogie = ennui.  La première chaîne publique ne faillit, hélas, pas à la règle. Seule, « la grogne des maires » trouve grâce à ses yeux. Les écharpes en bandoulière en novembre au congrès de l’AMF à la Porte de Versailles, c’est à deux pas des studios et cela fait toujours son effet sur le petit écran. La répartition des compétences, en revanche… Peu importe que les collectivités interviennent du berceau au tombeau, qu’elles représentent 75 % de l’investissement public pour un peu plus de 20% de la dépense publique… ce n’est pas un sujet pour les vrais gens.

Silence médiatique

Dans le fenestron, il faut faire simple. Très simple. Nicolas Sarkozy, enfant surdoué de la télé, l’a compris depuis des lustres. Son fameux « moins d’échelons, c’est moins d’impôts », un 25 septembre 2008 en fin d’après-midi à Toulon, était calibré pour les 20h. Il avait le mérite de la clarté. Il a pris du plomb dans l’aile. De moins d’échelons, il n’est plus question. Le millefeuille, dans le projet de loi-cadre voté dans la nuit du 7 au 8 juillet, s’alourdit de trois nouvelles couches : une collectivité (la commune nouvelle), une intercommunalité (la métropole) et une instance de coopération (le pôle métropolitain).

Faute de supprimer les conseils généraux comme le lui recommandait Jacques Attali, l’ex-ministre de l’intérieur a préféré fusionner les mandats départementaux et régionaux ainsi que spécialiser les compétences de ces deux collectivités. Depuis, le nouvel élu, le conseiller territorial a été privé de mode de scrutin au  Sénat. La spécialisation a été expurgée du texte-cadre, les décisions en la matière étant repoussées à un autre projet de loi dans plus d’un an.

Absence présidentielle

En résumé : l’affaire s’est atrocement compliquée. Nicolas Sarkozy s’est, du coup, abstenu de « faire le point sur une réforme territoriale encalminée », contrairement au souhait de l’éditorialiste Bruno Dive dans les colonnes de Sud Ouest au matin du 12 juillet.

Pour l’ancien patron des Hauts-de-Seine, la meilleure défense est restée l’attaque. « Il n’y a aucune raison que l’Etat s’impose une gestion rigoureuse et que les collectivités territoriales, notamment les régions, continuent une politique d’augmentation du nombre de fonctionnaires », a-t-il répondu à David Pujadas qui… ne l’avait pas interrogé sur ce point.

« Tous les rapports, y compris ceux de la Cour des comptes ont démontré que si les effectifs des personnels des régions ont augmenté c’est parce que l’Etat leur a transféré plus de 80.000 agents au cours de ces dernières années », a répliqué le porte-parole de l’Association des régions de France, Martin Malvy (PS). L’Etat contre les collectivités, l’Elysée contre les régions, l’UMP contre le PS : le « clash » pourrait aguicher quelques caméras. Pas sûr, en revanche, que les partisans d’une décentralisation sereine et républicaine y trouvent leur compte.

Jean-Baptiste Forray

Publicités

1 commentaire

Classé dans Chronique

Une réponse à “Un oubli qui en dit long

  1. lagoutte

    Les inerties du mille-feuilles à 7 couches , les fonctionnaires d’ETAT , toujours accrochés à leurs bureaux d’ETAT , les élus qui n’ont pas de politique mais perturbent les services , les fonctionnaires qui font de la politique , les Collectivités Locales , qui inventent des missions ne leur incombant pas , tous ces maux sont bien connus de la comission ATTALI !
    Pour améliorer l’efficacité globale de l’ETAT et de toutes les CL , c’est pourtant simple , chaque acteur doit oublier toutes ses habitudes et ses privilèges ,
    – pour : créer 12 REGIONS de taille européennes , telles que MEDITERRANEE , de NICE à PERPIGNAN , avec MARSEILLE comme capitale ou le GRAND EST
    de REIMS à SRASBOURG avec METZ comme capitale !12 REGIONS qui doivent absorber les départements , créés à l ‘époque des chevaux !
    – pour : créer 2500 COLLECTIVITES TERRITORIALES , ( CC , CA , CU+etc )absorbant les 36500 communes dont beaucoup de maires uraux
    ne jouent plus qu’un rôle de garde-champêtre !
    -pour : créer une seule fonction publique , qui permettra aux fonctionnaires d’ ETAT, d’aller sur le terrain en province exercer leurs immenses talents !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s