Au PS, l’interdiction du cumul des mandats, ce n’est pas pour maintenant

Contrairement à un engagement interne, les députés socialistes élus en juin pourront toujours présider l’exécutif d’une collectivité. En cas de victoire électorale de la gauche, les nouvelles règles s’appliqueront après les scrutins locaux et sénatoriaux qui pourraient être reportés à 2015.

« L’interdiction du cumul d’un mandat parlementaire et d’un exécutif local (maire ou maire adjoint, président ou vice-président de conseil général, de conseil régional ou d’un établissement public de coopération intercommunale) sera inscrite dans les statuts du Parti Socialiste. Elle se mettra en œuvre à chaque renouvellement parlementaire » scandait le texte adopté par la convention nationale du PS le 3 juillet 2010. Une simple déclaration d’intention ? A coup sûr non, puisque cette ligne avait déjà été plébiscitée par les militants  à l’occasion d’un référendum interne le 1er octobre 2009.

Le courroux de Gérard Collomb

Lors de la primaire, Martine Aubry a fait naître des doutes sur la volonté de François Hollande d’aller jusqu’au bout. Le président d’une grande association d’élus s’attache à les lever. Les nombreux cumulards du parti à la rose  sont, assure-t-il, prêts à se faire hara-kiri. Le tout dans la joie et la bonne humeur ! Ce n’est pourtant pas ce que beaucoup avaient cru comprendre le 20 avril 2010 à la lecture d’un billet de Gérard Collomb. « A bas les cumulards ! Ils sont condamnés à l’avance ! Déjà disqualifiés par le sobriquet dont on les a affublés… Évidemment minoritaires par rapport à tous ceux qui croient pouvoir se partager leurs mandats, comme, hier, le temps de travail ! » fulminait sur son blog, le sénateur socialiste, maire de Lyon et président de la communauté urbaine du Grand Lyon.

La prudence de François Hollande

Depuis, silence dans les rangs. François Hollande reprend à son compte le périmètre, ambitieux, de celle qui lui a succédé au poste de premier secrétaire. Il veut une loi. Et ne perd jamais une occasion de le rappeler à une opinion prompte à couper des têtes. Mais, hors de question de réserver d’abord le couperet aux seuls membres de son parti. Ce serait se mettre à dos les grands élus, si précieux pour quadriller le terrain. Que les députés PS du cru « 2012 » se rassurent : pour eux,  tout sera comme avant. Ils pourront cumuler. La limitation ne s’appliquera, en cas de victoire électorale de la gauche, qu’après le vote et la promulgation d’une loi. C’est-à-dire après les scrutins locaux et sénatoriaux. Un rendez-vous que certains, rue de Solférino, envisagent  de repousser en 2015.  Un report motivé par le temps nécessaire à la mise en place d’un « acte III de la décentralisation ». « Encore une minute, monsieur le bourreau » implorait le chœur des caciques. François Hollande l’a entendu. L’Elysée vaut bien une messe.

Jean-Baptiste Forray

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Chronique

6 réponses à “Au PS, l’interdiction du cumul des mandats, ce n’est pas pour maintenant

  1. Swordman

    Mon Dieu quelle surprise… je tombe des nues.
    La modernisation de la vie démocratique attendra donc. Jusqu’à quand ? probablement les calendes grecques.
    Quand on pense que l’élargissement du personnel politique devrait permettre notamment son élargissement aux minorités, donc un renouveau d’intérêt et d’implication des citoyens, c’est-à-dire un sujet qui devraient tenir particulièrement à cœur du… PS !

  2. Vivement la VIe République par référendum , pour tout remettre à plat .

  3. Je n’ai pas bien compris la vie de la République où des lois sont votées…genre, qui d’entre nous peut cumuler plusieurs emplois??? même en étant « dans le besoin »; c’est à dire en n’ayant pas comme 1ère rémunération une tranche qui place au-delà de la moyenne(1590€)…quand allons-nous avoir à l’égard de nos élus des exigences minimales??? Non seulement, ils se votent des avantages-genre le système de retraite des parlementaires…intéressant à creuser-mais en plus, ils nous expliquent tout le temps à quel point ce qu’ils font est difficile…dans ce cas, pourquoi cumuler? pourquoi ne pas limiter le nombre de mandats???

  4. LM74

    Et si on parlai du député-maire de Nantes ! A combien de budgets émarge-t-il ? Quels sont ses intérêts dans l’absence de lutte contre l’esclavage des femmes d’origine africaine dans certaines rues du nord-ouest de sa bonne ville? , Elle est pourtant célèbre pour son enrichissement grâce à l’esclavage.

  5. Pourquoi faire compliqué!

    Et si la question n’était pas le cumul des mandats!

    Je suis favorable à un élu une seule indemnité, quel que soit le nombre de mandats présents ou passés (pas de cumul des indemnités ni même avec une retraite liée à un mandat).
    Ma solution est simple, rapide à mettre en oeuvre (je crois qu’il n’y a qu’un seul ou deux textes à modifier). Que du bonheur… et on permet ainsi à ceux qui veulent se donner corps et âme à ces nobles fonctions de poursuivre leur mission… mais avec une seule indemnité (si j’étais taquin j’irais un peu plus loin en disant celle dont mle montant est le plus faible).

    Ma solution est certainement trop simple!

  6. DELOLME

    Applique le non cumul des mandats à tous les ministres et parlementaires sans exception, ils n’ont pas le don d’ubiquité.
    Regrouper toutes les communes de moins de 500 habitants sur la commune chef lieu de canton
    Apliquer le scrutin de listes au communes de moins de 3500 habitants
    Désigner un représentant par commune aux EPCI lors des minicipales de 2014 ( pouvoirs au prorata du nombre d’habitants représentés)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s