L’OMC se paie les départements

Entre deux sorties sur le libre-échange et la réduction des déficits publics, le patron de l’Organisation mondiale du commerce Pascal Lamy souhaite dans Le Point « supprimer des échelons administratifs départementaux et locaux ». Objectif : « Renforcer la prise d’initiative au niveau régional. »

Pascal Lamy, surnommé « Exocet » n’a rien perdu de sa précision de tir. Des sommets de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), il a repéré un grain de sable qui grippe le machine productive française : le conseil général. « Il faut supprimer des échelons administratifs, départementaux et locaux pour renforcer le rôle et la prise d’initiative au niveau régional » tranche-t-il dans Le Point daté du 18 octobre 2012.

Le précédent de la commission « Attali »

« Réformer d’en bas » : le moine-soldat de l’OMC, ancien « dir cab » de Jacques Delors à Bruxelles (1984-1994) et commissaire européen (1994-1999), se fait le chantre de la proximité.  Avant lui, la commission « Attali » se situait sur le même créneau. « Les régions doivent être renforcées significativement dans leurs compétences traditionnelles (développement économique et formation professionnelle). L’objectif est de constater à dix ans l’inutilité du département » ambitionnait le rapport remis le 23 janvier 2008 à Nicolas Sarkozy par le cénacle dirigé par l’ancien président de la Banque européenne de développement (BERD).

« Le regroupement des petites communes et la suppression de l’échelon départemental pourraient engendrer des économies d’échelle substantielle » approuvait l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) lors de la présentation, le 28 novembre 2011, de ses prévisions de croissance.

Les silences du rapport « Gallois »

Le pacte de compétitivité pour l’industrie française, publié par l’ex-numéro 1 d’EADS Louis Gallois ce 6 novembre 2012, creuse aussi ce sillon. Le département y figure nulle part, quand le rôle de la région est qualifié de « décisif ». Dans les yeux des grands sages de la pensée économique, le conseil général apparaît comme un nain incapable de faire face aux grands vents de la mondialisation. Selon un ancien haut fonctionnaire proche du PS, François Hollande n’est pas loin de partager ce point de vue. Le chef de l’Etat se garde de trop le faire savoir. Snobés dans les hautes sphères, les présidents de conseils généraux restent des mastodontes au Parlement.

Jean-Baptiste Forray

Publicités

7 Commentaires

Classé dans Chronique

7 réponses à “L’OMC se paie les départements

  1. Pingback: L’OMC se paie les départements - Lagazette.fr

  2. mémé

    En ce qui concerne le rapport Gallois, en fait il reprend les préconisations du rapport Attali; « Le « millefeuille » administratif et la superposition des structures déconcentrées et décentralisées, le culte de la réglementation, couplé avec son instabilité, constituent un vrai handicap. Tous ces éléments ont été identifiés, notamment dans les rapports Attali sur la croissance dont nous partageons un grand nombre de préconisations non reprises ici pour ne pas faire « doublon ». (p11)

  3. sayaret

    comment faire des economies ? qu’attendons-nous pour restruturer tout ce mille feuilles

  4. A chaque fois que l’on évoque la suppression du Département et le regroupement des communes la justification financière est systématiquement avancée.
    Je suis pour cette suppression et ces regroupements mais pour une question de lisibilité de la gouvernance locale par le citoyen qui n’y comprend plus rien. Si on peut faire des économies au passage ce sera bien.
    Autre avantage : moins de poste pour les cumulards…

  5. Julien

    « Entre deux plaidoyers pour le libre-échangisme […] » déjà on sent que l’auteur va être objectif…
    La suppression du département est une nécessité et une évidence qui arrivera tôt ou tard.

    • Sergio

      Julien,
      vos arguments sont un peu courts en faveur du maintien des départements. Mise à part le social, que le CR peut par ailleurs très bien assumer, qu’apporte le conseil général aux Français?

  6. Manuel

    Dites, ça commence à en faire, du monde qui défend la nécessité de la suppression de l’échelon départemental, non ?
    Et pendant ce temps, les Alsaciens ne disent rien. Mais ils font.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s