Archives de Tag: Devedjian

Le tonton flingueur du 9-2

Patrick Devedjian a « éparpillé façon puzzle » ses voisins de gauche lors d’une réunion organisée le 12 octobre par Paris Métropole. Dans la ligne de mire du patron du conseil général des Hauts-de-Seine : « le jacobinisme régional ».

Les tenants de la « gouvernance partagée » en ont été pour leurs frais. Lors de la réunion, sous l’égide de Paris Métropole, des élus des Hauts-de-Seine, il régnait une atmosphère digne des tontons flingueurs. Fidèle à sa réputation, Philippe Pémezec, maire (UMP) du Plessis-Robinson et co-auteur en 2005 d’un « Livre noir de l’intercommunalité », a vite dégainé ce 12 octobre. « La péréquation ? Un nouveau mot pour dire vol et racket ! » a-t-il cinglé. Patrick Devedjian n’a pas été en reste. Morceaux choisis du canardage en règle du président du 9-2.

« Ils aiment tellement les pauvres qu’ils les multiplient »

« En Seine-Saint-Denis, ils aiment tellement les pauvres qu’ils les multiplient. Ils les font venir ! (…). Cela a été une volonté délibérée des élus pour avoir une population assez sûre au plan électoral. Quand des villes atteignent 80 % de logements sociaux, c’est le résultat d’une politique folle ! Et, maintenant, on nous demande de leur venir en aide. Mais c’est encourager une politique contraire à tous les principes de mixité sociale ! (…). La Seine-Saint-Denis, qui pendant des décennies a développé des discours idéologiques contre le capitalisme prédateur, a spéculé sur les produits financiers les plus vénéneux. Et ce serait à nous, qui avons été plutôt raisonnables, de réduire les prestations à la population, pour financer les emprunts toxiques que la Seine-Saint-Denis a inconsidérément souscrits ? Franchement, c’est totalement immoral ! »

« Paris chasse ses indésirables en banlieue »

« Pour faire métropole, il faudrait que l’esprit y soit. Or, il n’y est pas. Paris Métropole est un moyen pour Paris de sortir du corset du périphérique. Mais il n’y a pas le moindre changement sur la gestion de l’interface. On a installé des sens interdits aux portes qui mènent à Paris. Nous avons toujours le sentiment d’être des citoyens de seconde zone. La ville de Paris continue de chasser ses indésirables en banlieue dans les logements gérés par Paris Habitat. Elle nous fait la leçon. Et elle transforme ses logements en bureaux ! »

« Le centralisme ne fait que descendre d’un échelon »

« Ce n’est pas à coups de matraques fiscales que l’on règlera le problème du logement. C’est en décentralisant. Hélas, l’acte III de la décentralisation est le  nom de code du centralisme régional. On ne fait que descendre d’un échelon. Le pouvoir demeure, au plus profond de ses gènes, jacobin. Il reste dans le VIIème arrondissement de Paris. Il est simplement transféré de la rue Varenne (NDLR : Matignon) à la rue Barbet-de-Jouy, siège du conseil régional d’Ile-de-France. »

Jean-Baptiste Forray

1 commentaire

Classé dans Chronique