Archives de Tag: expérimentation

La leçon de maître Joxe

Il y a trente ans, au moment de la première loi de décentralisation du 2 mars 1982, Pierre Joxe présidait le groupe socialiste à l’Assemblée. Voici vingt ans, la loi du 6 février 1992 instituant les communautés de communes portait sa marque de ministre de l’Intérieur (de 1984 à 1986 puis entre 1988 et 1991). A 78 ans, le désormais avocat (de mineurs délinquants) n’a rien perdu de son regard acéré.

Lors d’un colloque le 6 février au Sénat célébrant les vingt ans des communautés de communes, Pierre Joxe est revenu sur cinquante ans de réforme territoriale. Morceaux choisis.

La commune, éternel bastion

« Mon histoire personnelle m’avait permis de voir évoluer cette question puisque, dès mon stage de l’Ecole nationale d’administration (ENA) à la préfecture de l’Hérault, le préfet Yves Pérony me chargea, en juillet 1960, de mettre en œuvre la loi sur les Syndicats intercommunaux à vocation multiple (SIVOM) en créant des municipalités de canton. Ces dernières devaient apporter une évolution historique à l’administration française, mettant fin à l’absurdité constituée par nos 36 000 communes héritées de la Troisième République et à l’irrationalité de la carte des syndicats intercommunaux, qui ressemblait à la carte administrative bariolée de l’Ancien régime. Cette tâche m’avait inspiré une terreur panique, car la note de stage, alors, était décisive et j’avoue avoir complètement échoué dans cette mission sous le regard affligé de mon préfet, même si ma note ne fut pas mauvaise. Puis, en 1967, je fus chargé au sein de la Cour des comptes d’une étude sur les finances locales. Je pus alors constater, à l’occasion de l’inventaire des dix-sept études réalisées sur le sujet depuis le début de la IIIe République, qu’elles avaient toutes plaidé en faveur d’une rationalisation de la gestion communale, sans qu’aucune n’ait abouti. Plus tard, rapporteur-adjoint de la commission nationale d’aménagement du territoire du commissariat général au Plan, je fus chargé du groupe de travail sur l’administration locale qui devait mettre en œuvre la décision de diviser par dix le nombre des communes françaises ; pareille démarche n’avait pas d’avenir ; ce fut encore un échec alors même qu’avec des taux de croissance économique compris entre 5 et 7%, l’Etat disposait de moyens d’incitation considérables sur les communes en matière d’investissements publics. »

Au temps du département napoléonien

« J’ai connu le conseil général ancienne formule. C’était le même type d’assemblée que celles installées par la France coloniale en Algérie, avec des notables, des caïds. Il ne siégeait que quatre ou cinq demi-journées par an, face à un appareil d’Etat habitué à commander, à financer, à imposer des règles. Quand je siégeais au Parlement européen, alors composé de représentants des Parlements nationaux, nos collègues britanniques, allemands, ne nous croyaient pas lorsque nous leur racontions notre système. Ils attribuaient à notre passion politique la description que nous en faisions. A l’époque, il n’y avait que trois modèles pour construire un collège. Si un conseil général souhaitait faire construire un bâtiment à usage polyvalent, ce n’était pas possible, parce que n’était pas un des trois choix au catalogue du bureau de la rue de Grenelle. Les parlementaires allemands qui nous rendaient visite s’étonnaient de ce qu’ils voyaient de notre administration régionale. Ils invoquaient Napoléon, en ajoutant qu’il fallait être Français pour supporter cela ! »

L’impossible expérimentation

« Nous avons eu au parti socialiste des discussions extrêmement intéressantes avec les radicaux de gauche, dont Maurice Faure, grand connaisseur de ces questions, sur les principes de l’organisation de l’administration locale. Plutôt que de s’acharner à proposer un modèle unique, ne fallait-il pas laisser place à des constitutions locales, ou offrir le choix entre plusieurs modèles ? Une de nos propositions mettait en avant ces choix de statuts. Nous avons eu des séminaires avec le suédois Olof Palme – Michel Rocard y était. La Suède social-démocrate ne faisait pas une réforme, sans qu’elle soit auparavant maquettée par le parti, puis proposée au peuple, soumise à discussion pendant deux à trois ans, ni sans qu’elle comporte une phase de transition et d’expérimentation dans une ou deux régions.  L’expérimentation rend possible une démonstration en vraie grandeur. Les choix que je défendais ont été combattus et finalement écrasés par François Mitterrand, Gaston Defferre et Pierre Mauroy. Dans ce trio, que je qualifiais d’infernal, le premier gardait de sa fonction de président du conseil général de la Nièvre, une exécration, non pour la fonction de préfet, mais pour les préfets que la droite lui avait envoyés. Le deuxième avait conquis la mairie de Marseille les armes à la main et, malgré la ratification réitérée du suffrage universel libre et régulier, en avait gardé une certaine conception du pouvoir, régnant sur Marseille de façon autocratique. Le troisième avait tissé un consensus politico-social sur un réseau très serré. Ces trois hommes très expérimentés se rejoignaient, quant à leur conception de l’articulation entre pouvoir local et pouvoir d’Etat, sur la nécessité de définir un régime clair et net, ce qui excluait à leurs yeux toute expérimentation, transition ou variation. Je fus donc écrasé dans un vote au comité directeur du parti socialiste, qui n’intéressait pas la moitié de ses membres -à l’époque, nous avions très peu d’élus, ce n’est pas comme aujourd’hui ! Ce n’est pas un hasard si nos plus grands élus, qui avaient l’expérience de la gestion et de l’administration, furent les principaux dirigeants du parti, puis président de la République, Premier ministre, ministre de l’intérieur. Face à eux, je n’avais aucune chance ! »

Jean-Baptiste Forray

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Interview